En 2017, Pierre-Hernan Rojas a reçu le Prix Jeune Chercheur de la Fondation Paris-Dauphine pour sa thèse en économie. Il nous a parlé de cette expérience et de l’importance de soutenir la recherche à l’université.

Quel a été ton parcours à Paris-Dauphine ?

J’ai intégré Paris-Dauphine en 2009, en tant qu’étudiant de la Licence Sciences Sociales, après une classe préparatoire de deux ans. En M2, je me suis spécialisé dans la recherche en économie. Enfin, en 2012, j’ai commencé ma thèse de doctorat que j’ai terminée en 2016. Le côté pluridisciplinaire de Paris-Dauphine m’a toujours attiré et je n’ai pas été déçu ; je suis resté dans la même université jusqu’au doctorat et aujourd’hui j’y donne encore des cours !

Quel travail avais-tu présenté au Prix Jeune Chercheur de la Fondation Paris-Dauphine ?

Le sujet de ma thèse portait sur l’analyse des théories du système monétaire international. Je voulais comprendre comment ces théories avaient influencé les réformes du système monétaire. C’était un vrai travail de sciences sociales mêlant à la fois histoire, économie et science politique.

Que représente ce Prix pour toi ?

Le Prix de la Fondation a, certes, été un coup de pouce financier*, mais il a représenté, avant tout, un encouragement symbolique important. J’ai compris que la communauté dauphinoise valorisait mon travail et notamment mon approche pluridisciplinaire. Cela m’a incité à poursuivre la recherche dans cette voie. En tant que chercheur qui ne travaille pas dans les sciences appliquées, dont les résultats sont plus rapidement perceptibles, je considère qu’il est central d’être soutenu par les institutions.

Pourquoi faut-il donner pour la recherche à Paris-Dauphine ?

L’impact d’un don est très positif car il valorise le travail de recherche. Il me paraît essentiel de soutenir les jeunes générations, comme la mienne, qui ont une passion pour la recherche et qui souhaitent matérialiser leurs ambitions dans une institution comme la nôtre. C’est parce que la France est un pays riche et mature qu’elle doit continuer de former, via Paris-Dauphine notamment, des femmes et des hommes qui recherchent, expérimentent et font progresser les différentes disciplines. Plus largement, je crois qu’il est important de soutenir la Fondation Paris-Dauphine, car c’est un moyen de développer des projets variés qui contribuent à améliorer la solidarité et l’excellence à l’université.

*La Fondation Paris-Dauphine remet une bourse de 2000 € au lauréat du Prix Jeune Chercheur.

Pour encourager d'autres dauphinois comme Pierre à mener une recherche d'excellence, faites un don en cliquant ici