Vous êtes ici

logo-cercle-cmjn720-480.jpg

Cercle Performance des Organisations

Le Cercle Performance des Organisations a vu le jour en Mars 2012, avec le soutien du groupe AFNOR. Son objectif est de contribuer à l’avancée des connaissances dans la gestion de la performance des organisations.

 

 

Créé en mars 2012, avec le soutien du groupe AFNOR, et à l'initative de sa directrice scientifique, Sylvie ROLLAND, enseignant-chercheur à l'Université Paris-Dauphine, le Cercle Performance des Organisations a pour objectif de contribuer à l’avancée des connaissances dans la gestion de la performance des organisations via des recherches sur un large spectre de sujets en relation avec ce champ d’étude : depuis la notion de performance entendue dans son sens classique - une performance commerciale et financière des entreprises - jusqu'à une acception plus large, comme la performance sociétale qui ouvrent les organisations marchandes et non marchandes aux demandes des parties prenantes.

En parallèle de publications académiques au niveau international, le Cercle Performance des Organisations développe des synthèses courtes et opérationnelles à destination des praticiens.

ACTUALITES

Le Cercle Performance des Organisations lance un prix du meilleur mémoire sur le thème de l'Expérience Client : téléchargez le réglement en cliquant ici et demandez le dossier de candidature à marie.berenger[at]fondation-dauphine[dot]fr 

Suivez-nous sur Twitter @Cercle_PO et rejoignez-nous sur LinkedIn pour suivre toutes nos actualités

 

sylvierolland.jpg

Sylvie Rolland

Enseignant-chercheur à l'Université Paris-Dauphine ; Maître de Conférences ; Habilitée à Diriger les Recherches

 

Lire sa biographie

Enseignants chercheurs associés

Alice Audrezet

Professeur Assistant à l’Institut Supérieur de Gestion de Paris & chercheur affilié à DRM-Dauphine

Lire sa biographie

Florence Benoit-Moreau

Enseignant-chercheur à l’Université Paris Dauphine et co-responsable du Master 2 Communication Marketing Intégrée

Lire sa biographie

Nicolas Berland

Agrégé d’Economie et Gestion, Professeur à l’Université Paris-Dauphine, Directeur de Dauphine Recherches en Management (DRM)

Lire sa biographie

Luc Bres

Professeur adjoint à l'Université de Laval (Canada), Spécialisation développement durable, responsabilité sociale, outils de gestion, régulation

Lire sa biographie

Romain Cadario

Assistant Professor à l’IÉSEG School of Management

Lire sa biographie

Marc Arthur Diaye

Directeur du département Economie, Université Evry Val d'Essonne, et Directeur Master 2 « Innovation, Marchés et Science des Données », Université Paris-Saclay

Lire sa biographie

Mahaut Fanchini

Doctorante en sciences de gestion, Laboratoire DRM-MOST
Université Paris-Dauphine

Lire sa biographie

Paul Valentin N'Gobo

Professeur, Université Paris-Dauphine - Agrégé en Sciences de Gestion

Lire sa biographie

Camille Lacan

Doctorant en Sciences de Gestion

Lire sa biographie

Béatrice Parguel

Chercheure au CNRS et membre du laboratoire de recherche DRM

Lire sa biographie

Sanja Pekovic

Chercheuse associée Université Paris-Dauphine, PSL Research University, CNRS, DRM (ERMES)

Lire sa biographie

Une nouvelle approche pour mieux comprendre le choix d’une évaluation moyenne (par exemple une note de 3/5) de la part des consommateurs et ainsi pourvoir mettre en place des actions ciblées d’amélioration de leur satisfaction.

Depuis bientôt quinze ans, de nombreuses organisations françaises, privées ou publiques, ont mis en place des dispositifs d’alerte éthique (DAP). Comment est envisagé le dispositif d’alerte professionnelle dans les organisations françaises aujourd’hui ? Comment comprendre sa relative inutilisation par les employés ? Cette synthèse, issue de de la thèse de Mahaut Fanchini « Le doute éthique de l’employé comme impensé organisationnel : la fabrique des lanceurs d’alerte », propose des pistes de réponses.

Les entreprises doivent désormais intégrer les questions environnementales dans leur marketing stratégique et opérationnel pour tenir compte de l’évolution des attitudes et des nouvelles préoccupations de leurs clients. Cette synthèse propose de comprendre le lien entre l’orientation client, les pratiques de gestion de l’environnement, et l’impact des conditions de marché sur ces synergies.  

Les modes de consommation sont bouleversés par l’apparition de nouveaux services, appuyés notamment sur l’implication des particuliers, qui deviennent offreurs et demandeurs à la fois. Sur quels mécanismes de confiance ce système, appelé « économie de partage » ou « économie collaborative », repose-t-il ?

Dans un contexte de financiarisation et de désindustrialisation, le downsizing (réduction
d’emploi) est devenu partie intégrante des stratégies des entreprises. Pourtant, cette notion elle-même est mal définie, et les résultats empiriques sont souvent contradictoires. Cette revue de littérature, proposée par Bénédicte Reynaud, Directrice de recherche au CNRS, Université Paris Dauphine, PSL Research University, dresse un état des lieux des travaux sur ce sujet, et présente une synthèse des principaux points de vue existants. 

L’article dont est issue cette synthèse "The Effect of Knowledge Management on Environmental Innovation. The empirical evidence from France" étudie la relation entre l’adoption des pratiques de la gestion du savoir et l’innovation environnementale des entreprises françaises. Il s’agit d’une analyse empirique qui vise à aider les managers dans leur décision quant à la mise en place des pratiques de management, dans le but de booster l’innovation environnementale et d’assurer la pérennité économique de l’entreprise.

Cette synthèse est adaptée de l’article « Et le comité de direction a ri. Immobilisme organisationnel et Powerpoint», présenté lors de la conférence de l’Association Internationale de Management Stratégique en juin 2015, où il a reçu le prix de la « Meilleure implication managériale et sociétale ».

Cette recherche propose une analyse des liens entre mise en place des normes ISO 9001 et ISO 14001 en France et performance
économique des entreprises. Une telle analyse empirique est susceptible d’apporter des informations aux managers et décideurs sur la compatibilité des normes avec les autres objectifs d’amélioration de la performance de l’entreprise.

Quels apports perçus de la certification ISO 9001 par les managers ?
Ce rapport présente la version courte de l’article* « Un bilan de 20 ans de certification des systèmes de management de la qualité : les apports perçus de la certification ISO 9001 par les managers ».

L’exemple de la Qualité dans les chaines logistiques

Plusieurs travaux ont tenté d’examiner les déterminants des activités d’innovations au niveau des entreprises. Sans négliger ces déterminants, cette analyse étudie la relation entre l’ambiance au travail et les activités d’innovation dans les entreprises françaises.

Les travaux présentés se caractérisent par une volonté d'aborder au plus près des enjeux fondamentaux dans une perspective élargie :
positionnement environnemental de l'organisation, impact des stratégies environnementales sur la perception de l'image de marque, lecture des nouveaux visages du commerce équitable, etc. Ceci dans une approche transdisciplinaire afin d'envisager les problématiques de façon globale.

Quel est l’impact de changements de contexte économique sur les stratégies environnementales ? En particulier, en période
économique morose, les entreprises sont-elles plus ou moins susceptibles d’investir dans des stratégies d’utilisation efficace des ressources matérielles et énergétiques ?

Une étude empirique des effets directs et modérateurs

La notion de qualité a pris une place prédominante dans les problématiques de l’entreprise d’aujourd’hui. Mais quel lien existe-t-il entre qualité et innovation ? L’introduction de normes de qualité dans les process des entreprises a-t-elle favorisé l’innovation ou, au contraire, l’a-t-elle freiné ? Quelles sont les implications sur la performance des organisations ?

Le développement des normes environnementales amène à examiner l’éventuelle incidence que ces dernières peuvent avoir sur la productivité des salariés des entreprises dites ‘vertes’.
Existe –t-il un lien direct entre la mise en place de normes environnementales et une productivité accrue des salariés ?
Quels sont les leviers qui expliqueraient une augmentation de la productivité dès lors que des normes environnementales sont développées au sein d’une entreprise ?

Assurer un recrutement de qualité est un enjeu fondamental pour l’entreprise.
Les considérations environnementales des entreprises, notamment à travers la mise en place de normes, sont examinées par les salariés, qui y accordent une importance croissante.
La mise en place de normes environnementales permet-elle à l’entreprise d’attirer les meilleurs candidats lors des phases de recrutement ?

 

Partenaire

afnor_-_copie.jpg

Au service de l'intérêt général et du développement économique, le groupe AFNOR conçoit et déploie des solutions fondées sur les normes volontaires, sources de progrès et de confiance. Les missions d'intérêt général sont assurées par l'association dans le cadre d'un décret qui lui confère l'animation et la coordination du système français de normalisation, la représentation des intérêts français dans les instances européennes et internationales de normalisation, l'élaboration et la diffusion des normes volontaires. Les activités de formation, d’évaluation et de certification sont quant à elles dans un environnement concurrentiel et en respectent strictement les règles.

Plus d'informations : www.afnor.org

Lire sa biographie