Par François Pichault

Date
Lundi 16 avril 2018
Heure
10h30 - 12h30
Lieu
Espace one
conf_changement_-_480_x310.jpg

Les nouvelles formes de travail introduisent des ruptures dans les modes de fonctionnement traditionnel des organisations. Celles-ci concernent à la fois les emplois (zone « grise » de nouveaux arrangements contractuels entre le statut d’employé et celui d’indépendant, avec intervention croissante de nouveaux intermédiaires) et les modes d’organisation du travail (organisations agiles, flexibilité spatio-temporelle, équipes virtuelles, etc.).
La plupart d’entre elles convoquent le principe de confiance comme soubassement de ces nouveaux modes de fonctionnement : la confiance ne peut toutefois pas être considérée comme acquise d’emblée ou se développer de façon spontanée, face aux risques fréquemment associés aux nouvelles formes de travail. 
A partir d’une alternance de cas concrets et de grilles d’analyse, le workshop proposera une réflexion critique sur les conditions d’établissement de pareilles relations de confiance.

Intervenant :

François Pichault - Docteur en sociologie, professeur titulaire à HEC-Liège/Université de Liège (Belgique). Il dirige depuis plus de trente ans, à l’Université de Liège, le LENTIC, un centre de recherche et d’intervention spécialisé dans l’étude des aspects humains et organisationnels des processus de changement et d’innovation. Depuis 2010, il est devenu le Président du Conseil Scientifique d’Entreprise et Personnel. Il a été chercheur invité dans de nombreuses universités étrangères (University of California, Santa Cruz; Monash University, Melbourne ; Rotterdam Management School ; Wharton School/University of Pennsylvania, Philadelphia; Université Pierre Mendès-France de Grenoble ; Mc Gill University, Montreal, etc. Il est impliqué dans diverses coopérations internationales en Afrique, en Europe de l’Est et en Asie. Il a rédigé de nombreuses publications en théorie des organisations et gestion des ressources humaines. Ses principaux domaines d’étude sont les évolutions et rôles de la fonction RH, l’articulation entre politiques de GRH et stratégies d’entreprise, les nouvelles formes organisationnelles et leurs impacts sur le dialogue social, les nouvelles formes de transition sur le marché du travail, la gestion du changement dans les organisations aussi bien publiques que privées.